Travaux artistique de Stéphane Pruvot de 2016 à ...

20 juillet 2018

 

Steph1

 

Si vous souhaitez acheter mes peintures ou illustrations cliquer sur le lien ARTMAJEUR

 If you wish to buy my paints or illustrations click on the link

ARTMAJEUR

 SI usted desea compar mis pintura o illustaciones hacer clic en el lazo ARTMAJEUR

Posté par pruvots à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 juillet 2018

Steph2

Pour regarder les peintures CLIQUEZ en dessous des images sur la gauche.

To look at paints click below the images the left.

Para mirar las pinturas tocar abajo de las imagenes a la izquierda.

Posté par pruvots à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2018

Test illustration type BD

BD2

BD

Posté par pruvots à 05:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2018

Poèmes de Pascal dandois

L’âme

Erre

Dans

La mer

 

Lame…

Air…

Dents…

L’amer…

 

 

Pascal Dandois

mer1

Posté par pruvots à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Peinture avril 2018 "Danse à l'oiseau rouge"

danse à l'oiseau rouge

peinture avril 2018

Posté par pruvots à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L’attrait du vide (chanson)

Voici l’attrait du vide

Les horizons s’évident

Au fond des océans

Ô, son succès réside

En des temps sans mouvement

 

Voici l’attrait du vide

Des animaux placides

Au front du zoo géant

Les promesses perfides

Pourrissantes au-dedans

 

Voici l’attrait du vide

Des plongeons intrépides

Dans des merdes en diamant

La beauté fit un bide

En se prostituant

 

Voici l’attrait du vide

Des oraisons fétides

Au fion des hauts séants

De secrets homicides

Des cris tonitruants

 

Voici l’attrait du vide

Le désert est avide

Et gourmand le néant

Les horizons s’évident

Au fond des océans

 

Pascal Dandois

 

 

 

Posté par pruvots à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CARTE POSTALE

Cher Pépé

Les vacances à la mer se passent bien, avant-hier, Tonton René a péché une sirène, mais heureusement, malgré ça, il n’a pas été envouté par son chant magique, (moi je n’ai rien entendu, tu sais que je suis sourd comme un pot) on pense que c’est parce que l’hameçon de tonton s’est planté dans sa langue et qu’elle n’a pas, à cause de cela, pu moduler son chant d’amour envoutant. Alors, comme tonton n’était pas amoureux fou d’elle, on l’a bouffée au barbecue (la sirène), c’était très bon, ça avait le goût de la côtelette d’agneau, à la cerise, mais, est-ce que la chair des sirènes a des vertus aphrodisiaques… ? En tout cas, en croquant dans l’un de ses seins, son sein droit tout rôti, tout en regardant la voisine Régine, je suis tombé amoureux fou d’elle (de la voisine) alors, qu’entre nous, je la trouve moche comme un pou, depuis, elle me snobe et elle n’arrête pas de se moquer de moi, je lui ai même fabriqué un joli collier avec les écailles mordorés de la sirène pour l’amadouer, en pure perte, elle s’en fout, je suis complètement désespéré, à ton avis Pépé, que dois-je faire ?

Affectueusement, gros bisou

Ton Jéjé

PS : Et si je la zigouillais et que je la bouffais au barbecue ?

Posté par pruvots à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

SOUVENIR DU PONT D’YEU

Quand j’étais petit, je passais mes vacances près du Pont d’Yeu (à ne pas confondre avec le passage du Gois), il s’agit d’un chemin inachevé, comme le raconte la légende dans laquelle le diable devait construire une route allant de la côte à l’ile d’Yeu, mais il fut interrompu par le chant intempestif du coq qu’il avait lui-même saoulé. Un chemin inachevé sur lequel, à marée basse, lors de certaines grandes marées, il est possible pour la foule d’aller pêcher coquillages et autres fruits de mer. Nous y étions allés un jour, avec ma grand-mère et son seau. A un moment, je m’étais posé sur un petit tas de sable mouillé, et soudain, je sentis un fourmillement, des zigouigouis, des chatouillis sous mes pieds… Je sautai immédiatement à coté de cette bosse sablonneuse pour voir ce qu’il en était et vis une magnifique araignée de mer sortir du monticule sur lequel je m’étais trouvé debout quelque instant plus tôt. Aussitôt j’appelai ma grand-mère, « Mamie, Mamie ! », en lui indiquant l’animal du doigt, ce voyant et entendant, un monsieur qui m’était inconnu, ramassa, avant qu’elle ne s’échappe, l’araignée, pour la mettre gentiment dans le seau de ma grand-mère qui la bouffa le soir même.

PASCAL DANDOIS

Posté par pruvots à 03:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2018

Vogue…

Vogue

A l’Amérique

Mais

A quoi bon aller ?

L’aventure s’étrique

En banalité

 

Vague

Mal de vivre

Ça

Dépend des secondes

Au fond je m’enivre

De sottises

M’inonde

 

Dague

Lame

Etripe

Moi les veines en deux

Pour que j’en extirpe

Ce venin fiévreux

 

Vas l’ami

Mais ne

Viens pas avec moi

Ma connerie

Me mène

Ne faut-il pas ?

 

 Pascal Dandois

Posté par pruvots à 04:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2017

Texte d'Isabelle THIRIOUX sur mes peintures de l'expo 2017 à l'Ailleur'Studio

Texte écrit suite à la visite de l'exposition à l'Ailleur'Studio, de Isabelle T, elle fait partie d'un atelier d'écriture du GEM au Halles à Paris  auquel mon ami Pascal Dandois Participe.

 

Ensuite, il y a "l'autre" à l'expo de Pascal. Le peintre sans nom, Stéphane de son prénom, qui ébouriffe les couleurs à les faire s'exploser et s'exposer en toute splendeur. Craie grasses, feutres et pinceaux, il travaille parfois sur des copie-photos. Sur ses toiles, pas d'étoile dans les cieux mais des patchs colorés accolés les un aux autres pour harmoniser ciels, maisons, nature et personnages. Chez Stéphane, c'est tous les jours la  fête: Patchworks de couleurs vives et pleines de gaité tel un mariage divin célébrant la Victoire des anges, et l'orangé toujours qui "signe" ses tableaux.

Isabelle THIRIOUX

Posté par pruvots à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]